Une analyse du Petit Prince

La première rencontre du lecteur avec le conte le petit prince a souvent lieu pendant l’enfance. Puis, généralement le lecteur le retrouve une fois devenu adulte et découvre avec bonheur qu’il est plus qu’un livre pour enfant : il est un conte philosophique dépeignant la vie et les relations humaines. S’ouvre alors à nous lecteurs, tout un monde, un univers caché.

Le petit prince : une analyse narratologique

Dans la relation entre le Petit Prince et le narrateur, les adultes vont facilement s’identifier avec le narrateur aviateur et les enfants avec le pp. Tout commence avec l’enfance du narrateur et le dessin d’un boa que les adultes n’arrivaient pas à voir lui conseillant même de s’intéresser à autre chose, l’empêchant de cultiver sa passion.

27 chapitres structurent l’histoire du petit prince et s’articulent autour de dialogues entre les différents protagonistes qui eux-mêmes entrent en relation par un jeu de questions-réponses.

L’intensité dramatique et le rythme du récit sont accentués par des anaphores qui soulignent une obsession, renforcent l’interaction entre les personnages mais également la relation étroite entre le narrateur et les lecteurs.

Une image vaut mille mots ! Les dessins du petit prince d’antoine de saint exupéry participent à la narration aidant les enfants surtout à fixer leur attention sur les personnages.

Le personnage central, le petit prince, s’adresse à tous les autres personnages en leur posant des questions et en exigeant des réponses précises et chargées de sens. Ce qui lui fait découvrir petit à petit le monde des adultes aux comportements souvent absurdes (le businessman, le roi, le vaniteux, le buveur, l’allumeur de réverbères, le marchand de pilules)

Par ailleurs, il découvre le monde, des éléments de la nature (coucher de soleil, rose, fleur à 3 pétales, étoiles) et des animaux comme le serpent et le renard qui vont savoir lui ouvrir les yeux.

Le temps qui passe très subtilement induit dans le conte qui commence dans l’enfance du narrateur, continue au présent six ans après sa rencontre avec le petit prince. En revanche aucune indication ne nous est donnée sur la durée du voyage du petit prince sur les différents planètes.

Les descriptions sont brèves, souvent remplacées par des dessins comme le portrait du petit prince. Le lieu réel où se déroule l’action de la rencontre entre le petit prince et l’aviateur se situe dans le désert du sahara.

Le petit prince : analyse psychanalytique

Les adultes ont du mal à se changer eux-mêmes. Ils portent des masques et s’attachent à des choses futiles : argent, pouvoir, admiration… Bien souvent pour devenir adulte on pense qu’il est nécessaire d’oublier sa propre nature et pour oublier sa solitude, on devient dépendant au travail, à l’alcool… Jusqu’à se nier soi-même. Antoine de Saint-Exupéry le décrit très bien à travers les personnages que le petit Prince rencontre sur les différentes planètes.

L’allumeur peut représenter l’enfant qui a du mal à remettre en question les consignes de ses parents, qui se transforment bien souvent en messages névrotiques dont nous avons du mal à nous libérer.

A l’aide de l’analyse transactionnelle qui définit le rôle de chacun au sein de la structure familiale, on peut attribuer des rôles particuliers aux personnages : le roi est un parent autoritaire, l’allumeur : un enfant adapté…On peut penser comme Pierre Pagé (in Saint Exupéry et le monde de l’enfance, fides, 1983) que la rose permet au petit prince de se confronter à autrui et de le faire sortir du monde clos de l’enfance. C’est pour cela que le petit prince s’en va de sa planète afin d’apprendre à vivre.

Selon Mathias Jung, le petit prince pourrait être pour Saint Exupéry “ une auto-thérapie littéraire” qui l’aiderait à sortir de sa dépression suite au ravage de la guerre et à dialoguer avec son enfant intérieur, le désert pourrait symboliser le désert de l’humanité dans lequel chacun de nous doit retrouver ce qui ne peut être détruit, c’est à dire ce qui est invisible pour les yeux : les liens du coeur.

L’image du pilote est une image d’idole qui n’existe pas dans la réalité. Il ne dialogue pas avec le petit prince, parle uniquement de lui. Le petit prince ne peut pas s’identifier tandis que la rose est une image idéale, idéalisée au départ. Le renard apporte lui une image paternelle et apprend au petit prince que l’amour ce n’est pas se posséder l’un et l’autre mais c’est se reconnaître dans l’autre. Apprivoiser l’autre, c’est voir l’autre dans son unicité.

Présence du merveilleux, les animaux et les plantes parlent. On ne sait pas comment réussissent à survivre l’aviateur et le petit prince, la seule fois où ils boivent c’est symboliquement au puits.

(source : thèse “L’univers caché du Petit Prince d’Antoine de Saint Exupéry, 2011-2012 – Erika Moserle, Universita Ca’Foscari, Venezia)

Pour aller plus loin dans l’analyse du petit prince

Laurence Vanin, L’énigme de la Rose, Les Editions Ovadia, 2014

Paul Meunier, La philosophie du Petit Prince, Le petit philosophe, 2013

Emmanuel-Yves Monin, l’ésotérisme du petit prince, 1976

Le Hir Yves, Fantaisie et mystique dans Le petit prince de Saint Exupéry, Nizet

Les Univers Le Petit Prince

des éditions personnalisables

La Papeterie

Papier à lettres, marque-page, correspondance

La Carterie

Naissance, mariage, baptême, vœux 

La Photo

Albums, calendriers, tirages